samedi 9 juin 2018

Les ténébreux « éclaireurs » de Parcoursup


Alors que la loi démantelant les DRONISEP et les CIO pour confier l’orientation des élèves aux Régions arrive en discussion (voir art. 10 du projet de loi), l'apparition des « éclaireurs » de Parcoursup soulève bien des questions.

Le 8 février dernier, dans un communiqué, la ministre de l’enseignement supérieur annonçait qu’un effort particulier serait fait pour accompagner les candidats à Parcoursup dans leur orientation. Plutôt que d’évoquer les services publics d'orientation, la ministre déclarait qu’un « appel public à labellisation » d’associations serait lancé « durant le mois de février ». En attendant, elle annonçait surtout que « des initiatives-pilotes » étaient déjà reconnues. En fait une seule structure était « labellisée », la plateforme Inspire développée par « l’association d’intérêt général » Article1 qui bénéficiait d’une subvention d’1,8M€ (lire ici).
J’avoue avoir été impressionné. Pour avoir pratiqué les négociations avec le ministère, être « labellisé » avant même que le cahier des charges dudit label soit publié et recevoir dans la foulée 1,8M€, cela tient de l’exploit !

Qui est Article1 ? En recherchant, l’exploit se transforme en surprise. Si j’en crois un site spécialisé dans les informations sur les entreprises, Article1 a été créée le 1er janvier 2018. En 1 mois cette association est donc parvenue à obtenir 1,8M€ du ministère pour faire de l’orientation ? De plus en plus impressionnant.

En continuant à se documenter, la situation est un peu plus compliquée que cela. Article1 est constituée par transformation d’une précédente association « Passeport Avenir » et fusion/suppression d’une seconde association « Frateli ». Vous trouverez ici l’annonce de la transformation de « Passeport Avenir » au JO des associations et ici la disparition de « Frateli ». Et là il y a un problème.

Article1 n’existe, si l’on suit son numéro SIREN, que le 28 février 2018 lorsque « Passeport Avenir » change de nom. Comme vous le constaterez, la modification est publiée au JO association du 10 mars 2018. Or l’annonce de la ministre date du 8 février 2018. La ministre a donc annoncé la labellisation et le versement d’une subvention à une association… en devenir. L’exploit prend un caractère inédit !

Cet exploit est d’autant plus remarquable que depuis février, je ne suis pas parvenu à trouver trace d’un « appel public à labellisation » pour les autres associations impliquées dans l’orientation des jeunes.

Tout cela fait un peu désordre et sent, pour rester courtois, l’improvisation de dernière minute. En réalité Passeport Avenir n’est pas une association inconnue. Elle a déjà changé plusieurs fois d’identité. Entre 2006 et 2009 elle s’appelait le « Cercle Passeport Telecoms Association », puis entre 2009 et 2011 « Cercle Passeport Promotion Telecoms Association » et, depuis 2011 « Passeport Avenir Association ».

À l'origine, le « Cercle Passeport Telecoms Association » est créé par les grandes sociétés des Télécoms pour favoriser l'accès des jeunes des banlieues aux BTS, puis étendu par Gilles de Robien aux prépas des écoles de commerce (lire ici le communiqué du Ministre de l'éducation de Robien). Elle va continuer à bénéficier du soutien des ministres successifs de l'éducation et du SUP à en croire les documents qui trainent sur Internet, notamment de Valérie Pécresse (p. 6).

Mettre l'Éducation au service de l'entreprise, un vieux fantasme bien de droite. Le Nouveau Monde de la StartUp Nation, ressuscite les vieilles recettes et les vieux réseaux du Très Vieux Monde de droite… D'ailleurs, le dirigeant de Passeport Avenir n'est pas un inconnu si j'en crois le Facebook d'Emmanuel Macron quand il était ministre de l'économie et des finances.
À suivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire